samedi 23 août 2014

Baby Lips : Le Test


Encore une fois, je suis sûrement la dernière à aborder le sujet, mais vous commencez à me connaître, j'ai toujours un train de retard sur les nouveautés (qui du coup n'en sont plus du tout). Aujourd'hui je viens vous parler des fameux Baby Lips de chez Gemey Maybelline. La communauté beauté en a beaucoup beaucoup parlé quand ils sont sortis, et si certaines étaient emballées, d'autres ne l'étaient pas du tout. J'ai donc voulu tester, pour voir si ces petits baumes à lèvres étaient dignes de toute la médiatisation qui a eu lieu autour de leur sortie.


Pour commencer, j'adore le packaging ! Je trouve ça mignon, girly, féminin... c'est du plastique mais au final tant mieux, comme ça on peut le loger dans sa trousse de cours ou son sac à main sans avoir peur de le retrouver tout rayé/sale/cassé. Au niveau du prix, je les ai payés environ 4€ l'un. Je trouve que c'est raisonnable (même si nos copines les américaines les ont pour moins de 3$).


J'en possède donc quatre, un incolore, qui est censé être un soin intense hydratant, et trois colorés : un nude-pêche, un rose fuschia et un rouge. Les trois teintes sont très jolies sur les lèvres, c'est discret mais ça donne bonne mine, le rendu est très glossy. Au niveau de l'hydratation, pour le Intense Care, c'est pas mal, mais je pense que si vous avez les lèvres vraiment très sèches en hiver, ce produit ne sera pas la solution miracle. Disons que c'est pratique à avoir dans son sac pour en mettre au cours de la journée, mais ce n'est franchement pas le baume le plus hydratant que j'ai testé de ma vie. Les baumes colorés sont un peu moins hydratants, mais honnêtement je les utilise plus pour la couleur que pour leurs vertus hydratantes (disons plutôt qu'ils ne dessèchent pas les lèvres, ça serait plus juste).


Mais au final, même s'ils ne sont pas super hydratants, je les aime bien. Ce sont des produits agréables à utiliser pour tous les jours (ah et j'ai oublié de préciser qu'ils sentent tous trop bon !). Après je ne m'achèterai pas chaque nouvelle teinte, mais je ne regrette pas d'en avoir pris quatre.

& Vous, votre avis ? :)

jeudi 21 août 2014

Pool Party


Aloha mes beautés ! Aujourd'hui je reviens avec mon vernis chouchou du moment. Il y a quelques semaines, je suis passée en ville à Nouméa, et j'ai été très surprise de tomber sur un stand China Glaze dans une parfumerie duty free. Je n'avais pas prévu d'acheter quoi que ce soit, mais je suis tombée sur cette teinte, et j'ai craqué. Je n'avais aucun vernis de ce genre et je le trouvais vraiment canon pour l'été.


C'est un rose-orangé néon, et plus la luminosité est faible, plus il est pétant. Bien entendu, je ne me verrai pas porter ça en plein hiver, mais cet été, sur les pieds ou les mains, avec si possible la peau un peu bronzée, c'est juste magnifique. Seul hic, je reproche aux China Glaze de ne pas avoir une tenue impressionnante. Je dirai qu'ils tiennent 3-4 jours avant de s’écailler.Mais sinon, ils sont faciles à appliquer, très opaques et sèchent ultra vite !


& Vous, vous aimez ? :)

mardi 19 août 2014

News in | MAC Lippies


Aloha mes beautés ! Je ne sais pas si je vous l'ai déjà raconté sur le blog, mais mon addiction aux cosmétiques me vient très probablement de ma grand-mère qui est une très belle femme et qui prend énormément soin d'elle. Étant petite, je passais des heures dans sa salle de bain à regarder ses rouges à lèvres Chanel, Dior, YSL et les vernis allant avec. Il y a une semaine, elle est allée à Sydney et m'a ramené deux rouges à lèvres MAC. Je vous laisse imaginer l'état d'euphorie dans lequel j'étais quand j'ai vu les teintes qu'elle m'avait prises...


Diva et Rebel. Sûrement les deux plus beaux rouges à lèvres de ma collection MAC actuelle. J'ai été étonnée qu'elle trouve Rebel, car je croyais que c'était une édition limitée. Ce sont deux teintes que je vais adorer porter en automne/hiver. Diva est un rouge bordeaux très foncé, et Rebel est un magnifique prune rosé.


Votre teinte préférée ? ♥

dimanche 17 août 2014

Partir faire ses études à l'étranger : Episode 2


Il y a quatre mois, je partageais avec vous le premier épisode de ma "série" d''articles : Partir faire ses études à l'étranger. Aujourd'hui, de plus en plus de jeunes partent faire leurs études post-bac loin de leur ville natale. Je fais partie de ces jeunes. Si vous avez lu l'épisode 1, vous savez que je suis une française originaire de Nouvelle-Calédonie, une petite île du Pacifique, et que j'ai tout quitté pour partir vivre à Toulouse, une très belle ville du sud de la France. Dans le premier épisode, je vous donnais des conseils préliminaires si vous aussi, vous alliez partir loin de chez vous pour vos études. Aujourd'hui, je vais rentrer plus dans les détails en vous racontant comment j'ai vécu le fait de vivre "seule", ou du moins sans mes parents. J'écris cette série car, en septembre 2013, avant de quitter Nouméa, j'étais impatiente de savoir à quoi ressemblerai ma vie une fois là bas. Donc je me dis que si certains ou certaines sont dans ce cas-là, peut-être que mon post apportera des réponses à vos questions


Pour commencer, je tiens à vous rappeler ce qui est certainement le meilleur conseil qu'on puisse donner à quelqu'un qui est sur le point de partir loin de chez soi : ne le faîtes que si vous en avez envie. Je ne vais pas mentir, je pense que si l'expérience a été (et est toujours) aussi bonne pour moi, c'est parce que j'étais hyper excitée à l'idée de vivre dans un autre pays. C'est une épreuve de la vie qu'il faut être prêt(e) à affronter à grands coups d'optimisme et de volonté. Si vous partez alors que vous n'êtes pas sûr d'en avoir envie, ou pire, que vous n'en avez pas envie du tout, vous allez être triste longtemps et avoir du mal à vous adapter. Il faut partir quand on se sent prêt et assez grand pour le faire. Il n'y a pas d'âge pour partir de chez soi, certains trépignent d'impatience à 18 ans, et d'autres préfèrent attendre plus tard, il n'y a aucune règle pour ce genre de choses.


Je vous l'ai déjà plus ou moins dit dans le post précédent, pour bien vous intégrer, il est primordial de parler aux gens, de ne pas avoir peur d'aborder son voisin de pallier ou encore son camarade de TD. Et surtout, surtout, visiter votre ville. On se sent toujours mieux dans une ville où on a des repères. Mais aujourd'hui je voulais surtout vous parler du quotidien quand on vit sans ses parents, que ce soit seul ou en colocation.


En arrivant, une des premières choses que vous allez faire, si cela n'a pas déjà été fait à l'avance, c'est chercher un logement, acheter des meubles, de la déco...Pour ma part, mon appart était déjà meublé, mais il est important de faire en sorte que cet appartement devienne un "chez soi". Nous sommes tous différents, certains voudront recréer le cocon familial, alors que d'autres vont enfin pouvoir s'exprimer à travers la déco. Il est important de ne pas acheter les premiers objets qui nous plaisent sur un coup de tête, de bien choisir, car les meubles/objets déco que l'on achète en étant étudiants, on les garde bien souvent toutes nos études voire après encore. Dans tous les cas, soyez astucieux, il n'y a pas besoin d'avoir un gros budget pour réussir à créer une ambiance sympa. Personnellement, j'achète tout chez IKEA, Midica, et occasionnellement, chez Zara Home.


Et c'est une fois bien installés dans votre petit appartement que risquent d'arriver les moments les plus difficiles : les premiers moments de solitude. Vous venez d'arriver dans une ville où  vous ne connaissez personne, il faut refaire tout son cercle d'amis, vous ne connaissez pas bien la ville, et puis manger tout seul, ce n'est pas ce qu'il y a de plus marrant... mais ces moments seront bientôt derrière vous. Profitez de ces moments seuls pour établir des objectifs de vie, décider de ce que vous voulez changer dans votre quotidien par rapport à quand vous étiez chez vos parents. Très vite, vous vous ferez de nouveaux amis, et si vous savez profiter des occasions et accepter les invitations (oui, même celle de votre voisin du 3e étage que vous avez rencontré dans l’ascenseur), bientôt vous ne passerez plus beaucoup de temps tout seul chez vous (et peut-être même que ça vous manquera, à ce stade là, c'est tout bon !). Il y aura forcément d'autres étudiants qui viennent d'ailleurs, et qui sait, peut-être que ces personnes là deviendront votre deuxième famille avec le temps.

 

Bien entendu, vous êtes surtout partis pour les études. Et même s'il est très important d'avoir une vie sociale (en tout cas à mes yeux) et de sortir de chez soi, se mettre sérieusement au boulot ne veut pas dire couper le contact avec le monde extérieur. Plutôt que de bosser 3 heures chez vous sur votre petit bureau, allez à la bibliothèque de la fac réviser avec les gens de votre filière, ça vous motivera pour travailler peut-être plus longtemps, et surtout ça crée des liens. Personnellement, je garde de chouettes souvenirs des révisions des exams avec mes amis.



Quand on vit tout seul, l'important c'est de maintenir un certain équilibre entre le travail, le sport, la vie sociale, et dans tout ça faire de son mieux pour dormir suffisamment (même si la période des études n'est pas réputée pour être celle où on dort le plus de sa vie... mais il y a tant de choses à faire quand on a vingt ans !). Alors certes, réussir ses années d'études, ses concours, son master... sont des étapes très importantes de la vie, mais les années d'études sont connues pour être les plus belles de notre vie, alors interdiction de se laisser déprimer, le monde a tant de choses à nous apprendre !


J'espère que ce deuxième épisode vous aura plu et aura motivé ceux ou celles qui me lisent en se posant beaucoup de questions sur la rentrée 2014 ♥ Sur quel sujet souhaitez-vous que l'épisode 3 porte ?